Les chroniques de Neroad

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La taverne -> Artistes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Neroad


Hors ligne


Inscrit le: 02 Fév 2012
Messages: 649

MessagePosté le: Mar 17 Juil - 20:38 (2012)    Sujet du message: Les chroniques de Neroad Répondre en citant

Voila j'ai décidé de me remettre à écrire, je l'ai déjà dit il y a un moment dans un topic, c'est désormais chose faite!
Quelques précisions cependant :

-C'est du travail d'amateur s'il vous plait soyez indulgent^^.
-Pas de commentaires dans ce topic (j'en ferais un autre si vous voulez spéculer sur la suite de l'histoire ou en parler).
-Me dites pas "c'est pas la vraie histoire c'est nawak" je le sais bien c'est une version romancée donc ça colle pas^^.

Et c'est tout en espérant que mon travail vous plaise et mes aventures aussi^^.
_______________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 17 Juil - 20:38 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Neroad


Hors ligne


Inscrit le: 02 Fév 2012
Messages: 649

MessagePosté le: Mar 17 Juil - 20:38 (2012)    Sujet du message: Les chroniques de Neroad Répondre en citant

Chapitre 1 : Le commencement

Enfin, il l'avait.
Ce petit bout de papier, qui en apparence n'est rien d'autre qu'un parchemin quelconque gribouillé par une main anonyme, pour lequel il avait lutté durant des années afin de l'obtenir auprès de l'agence CoBo était enfin en sa possession.
Il se remémora toutes ces années au camp d'entrainement de Ruben, entouré de nombreux autres aventuriers prêts à tout pour accomplir leur rêve.
La rébellion de Tokar dans la région de Ruben, qui cherchait à aider ses amis les porous victimes de la famine, qui fut réprimée sans la moindre victime des deux côtés.
La soudaine folie de l'ancêtre porou, qui se termina elle aussi sans dommages grâce à l'intervention d'Anne, une jeune fille du village de Ruben qui ne pouvait s'expliquer cette soudaine crise d'un animal pourtant réputé pour sa bienveillance.
Le soulèvement des villageois à Elder, indignés par le comportement de leur seigneur, Lord Robo, qui ne cessait de les harceler de taxes pour pouvoir atteindre son rêve de domination.
Il avait pour cela construit une pale imitation des Nasods, cette ancienne race d'androïdes qui avait atteint un niveau de technologie très avancée dans le passé, aujourd'hui disparue à cause d'une guerre obscure s'étant déroulée il y'a de cela des centaines d'années.
Pour contrer cette menace, l'agence CoBo lança une grande campagne de recrutement pour mettre en déroute ce tyran d'opérette. Il y eu beaucoup de pertes ce jour-ci : au moment de l'assaut sur le chateau le temps était à l'orage, tout le monde était sur les nerfs autant du côté de l'alliance que de celui des forces de Robo, forces qu'il avait d'ailleurs augmentées en recrutant des mercenaires peu scrupuleux grâce à l'argent extorqué aux paysans.
Finalement, l'assaut fut lancé, dirigé par le colonel Ethan, membre éminent de l'armée de Belder maintes fois décoré pour sa force et son sens de la stratégie.
Le choc fut violent : en première ligne on retrouvait les épéistes de toutes sortes ( maîtres de l'épée, chevaliers-mages...) s'affrontant sous la pluie, déchainant un torrent d'acier et d'eau à chacun de leurs coups, faisant danser leurs épées avec toute la force et la maîtrise que requiert un tel art, enfonçant les défenses des mercenaires et le blindage des Robos, ne laissant aucune place aux remords car après tout, la guerre ne s'embarasse de tels sentiments.
En deuxième ligne se trouvait les magiciens : ces experts des forces élémentaires ou occultes, se servant de leurs connaissances des arcanes millénaires de la magie pour aider les épéistes ou pour apporter une mort aussi fulgurante qu'horrible dans le camp adverse.
Et, en dernière ligne, se trouvait les archers, aussi bien elfe qu'humain, prêts à faire tomber une pluie de fléches sur leurs opposants, tel un châtiment divin.
Les pertes étaient inévitables mais le visage du colonel ne laissait rien transparaître si ce n'est temps à autre une expression satisfaite que l'on ne saurait expliquer.
Le jeune homme se trouvait en première ligne, au coeur de la bataille, ses mains tremblaient mais il ne pouvait se résoudre à abandonner maintenant, pas devant une telle menace.
Il se ressaisit et se lança à l'assaut, traversant les lignes ennemies, ouvertes par ses compagnons car il le savait, la stratégie était claire, la cible principale était Lord Robo.
C'était la seule chose qu'il gardait à l'esprit car il savait que s'il se retournait, il flancherait, en effet le constat était lourd : plusieurs de ses amis, avec qui il avait passé ces dernières années, gisaient face contre terre, inanimés, héros méconnus d'une guerre qui n'avait pas lieu d'être.
Le garçon serra la poignée de son épée et continua, se frayant un chemin au travers d'un robo, le transperçant de part en part, esquivant un coup d'épée tout en rendant la pareille à son propriétaire.
La porte menant au trône n'était plus qu'à quelques métres quand soudain, le ciel se teinta de rouge et une explosion se produisit derrière lui.
Au milieu se tenait un homme, vêtu d'une armure noire comme la nuit, entouré d'une aura encore plus sombre.
L'homme se releva et se mit à hurler d'une voix terrible qui sembla arrêter le temps autour de lui, stoppant le fracas assourdissant des armes alentours, il se retourna et fixa le jeune homme d'un regard empreint de démence et de pulsions meurtrières qui pétrifia le jeune homme sur place, le rendant impossible du moindre mouvement.
Et à ce moment, devant ses yeux se déroula le massacre de centaines de personnes, dans les deux camps, personne ne comprenait, des membres volaient, des vies étaient arrachées avec tant de facilité et de plaisir par ce démon que le garçon ne pouvait rien faire d'autre que regarder le génocide se déroulant devant lui.
 Au même instant, le colonel, qui n'avait pas bougé de toute la bataille, sortit son épée et se mit à courir vers cette bête, avide de carnage.
Le choc fut tellement intense que les personnes autour tombèrent à la renverse sous l'effet de leur rencontre.
S'ensuivit un combat dantesque ou les deux partis prenaient un plaisir malsain dans cet affrontement qui n'avait que pour but la destruction de l'autre.
Le garçon ne pouvait pas suivre leurs déplacements et eu peine à voir ne serait ce qu'un mouvement quand finalement, le vacarme s'arrêta, ils avaient disparus.
Les mercenaires, ayant certainement décidés que cet or ne valait pas le fait de perdre la vie, commencèrent à s'enfuir, la bataille était finie.
Plus tard on apprit au garçon que Lord Robo s'était enfui durant la bataille et qu'il ne restait de l'unité du jeune homme qu'une seule personne, une jeune fille ayant miraculeusement survécue.
Pendant qu'il repensait à tout ça, une voix féminine se fit entendre dérrière lui :
-"Bon, je suis prête c'est quand tu veux"
Il marcha droit devant, jusqu'à un bureau tenu par une femme fort jolie, aux longs cheveux blonds, coiffée avec une queue de cheval.
Celle ci se présenta :
-"Bonjour, je suis Aranka de l'agence CoBo, que puis-je faire pour vous?"
-"Je voudrais fonder une guilde. Voici les documents."
-"Très bien, je vous demanderai juste deux choses pour finaliser la création. Puis-je savoir le nom de votre guilde s'il-vous-plaît?"
-"Epicycle Infini"
-"Et le nom du chef de cette guilde?"
-"Neroad."
_______________


Revenir en haut
Neroad


Hors ligne


Inscrit le: 02 Fév 2012
Messages: 649

MessagePosté le: Lun 6 Aoû - 03:12 (2012)    Sujet du message: Les chroniques de Neroad Répondre en citant

Chapitre 2 : Arrivée à Besma

Maintenant que sa guilde était crée, Neroad savait ce qu'il fallait faire : recruter le plus de valeureux guerriers pour qu'une horreur telle que la bataille du château Robo ne se reproduise plus.
Pour le moment ils n'étaient que deux, lui et cette fille, elle aussi rescapée de son ancienne unité qui avait réchappée au massacre : Caliisto.
Elle faisait partie des quelques rares élues à savoir manier l'ancienne technologie Nasod sous la formes de deux modules, deux petits robots dotés d'un pouvoir de destruction quasi illimités pour peu que l'on sache s'en servir et une chose était sûre, elle le savait.
Neroad avait toujours été intrigué par ces filles, capables de commander aux anciennes forces des Nasods,  de déchainer des forces incommensurables rien qu'en se servant de ces deux petites boules flottantes.
"C'est impensable." pensait il, "Ce n'est pas avec deux boules qu'on va au combat. Enfin on verra bien."
Ils marchaient tous deux en direction de Besma, ville située dans le désert, au climat aride et sec, ou le soleil semblait toujours à son zénith.
Le jeune homme avait entendu dire que cette région recherchait sans cesse de nouveaux mercenaires pour se défendre contre une menace inconnue. Ce peu d'informations l'avait convaincu car, de toute façon, plus rien ne le retenait à Elder.
Tandis qu'il marchait sous le soleil de plomb du désert, il sentit son bras qui commençait à faire des siennes sous l’effet de la chaleur. En effet, lui aussi avait reçu un cadeau des Nasods, certaines parties de son corps et majoritairement son bras gauche etaient issues de cette technologie. Il ne savait ni pourquoi ni comment car il ne gardait aucun souvenir de sa vie avant le camp d'entrainement. Ce manque l'avait en partie poussé à créer une guilde, espérant ainsi pouvoir explorer le monde et rassembler les bribes de son passé.
"Besma est en vue." lui dit Caliisto. Après plusieurs jours de voyage, ils arrivaient enfin. La ville etait encastrée dans une cuvette naturelle d’où l'on ne pouvait accéder qu'en deux points, ce qui la rendait difficilement assiégeable. Les habitations la composant étaient toutes en bois ce qui ne les rendaient pas primitives pour autant, en témoignait l'hôtel de ville imposant. La faune et la flore étaient quant à elle inexistante, hormis quelques cactus et deux chevaux.
En arrivant à l'entrée, les deux compagnons se firent aborder par une femme à l'air énervé.
"Que venez vous faire ici?" leur demanda t-elle d'un ton agacé.
"Nous sommes ici concernant une rumeur comme quoi cette ville aurait besoin d'aide." répondit Neroad, d'une voix encore moins engageante.
"On a besoin de mercenaires, pas d'enfants! Alors retournez d’où vous venez!"
Pour répondre à cette pique, Neroad fouilla son sac et en sortit sa carte de chef de guilde, prenant soin d'afficher un air narquois en la montrant à cette désagréable jeune femme.
"Oh! Excusez moi, monsieur le chef de guilde, je ne savais pas à qui je m'adressais." dit elle en riant, "Je m'appelle Solène, chef de la sécurité à Besma et nous avons, en effet, besoin d'aide. Les Sauriens nous attaquent et nous ne sommes pas assez pour riposter. J'ai besoin de quelqu'un pour aller inspecter le chemin du dragon, mais bon, je n'ai malheureusement personne sous la main."
Faisant fi de ses provocations, Caliisto lui demanda d'un air de défi : "Indiquez nous juste la route, on verra ensuite si vous nous jugerez toujours comme des enfants."
"Ah ah ah! Très bien vous deux, le chemin se trouve à la sortie du village mais ne venez pas dire que je ne vous avais pas prévenu."
Laissant derrière eux la jeune femme hilare, les deux comparses se mirent en route sans plus tarder.
Après une demi-heure de marche, le chemin du dragon se dessinait devant eux : une route sinueuse traversant un dédale montagneux qui s'étendait à perte de vue.
Sentant que l'atmosphère était trop calme, ils se tinrent prêt à se battre, ce qui ne tarda pas : à peine s'étaient ils engagés sur le sentier qu'un javelot vint se planter devant eux, suivit de près par deux Sauriens.
Les Sauriens étaient un peuple de lézards humanoïdes qui régnait autrefois sur la région mais avait appris à vivre en harmonie avec les humains. Ces deux là, par contre, ne semblaient pas du tout avoir envie de laisser passer les deux aventuriers.
Les ennemis se mirent à charger dans leur direction, avec un air de folie dans les yeux.
Neroad para le premier d'un geste vif et en profita pour asséner un violent coup de poing qui brisa net la nuque de l'assaillant dans un craquement effroyable.
Au même moment, le second arriva du ciel, arme en avant pour essayer d'en finir avec la jeune fille. Malheureusement pour lui, le combat aérien était une arcane que Caliisto maîtrisait : elle prit appui sur un de ses modules qui la propulsa plus haut encore que son adversaire et ordonna à son second robot de plonger sur lui. Comme mue par une volonté propre, le premier se rua quant à lui par en dessous et heurta le saurien au même moment que son homonyme, déchirant l'infortuné en deux.
"Impressionnant." pensa Neroad, tandis que le corps en deux parties du saurien retombait au sol, accompagné de ses entrailles à vif. "Je ferai mieux de ne pas l'énerver."
A ce moment, les deux remarquèrent un nuage de poussière s'élever au loin, accompagné d'un sol qui se mit à trembler quand soudain, ils virent une vingtaines de sauriens se ruer vers eux.
"Zut! Ce n'était que des éclaireurs! Tiens toi prêt!" hurla le jeune homme.
La bataille commença par une pluie de javelots, obscurcissant le ciel au dessus des deux jeunes gens. Voyant cela, Caliisto dirigea ses modules vers ces piques meurtrières pour les arrêter en plein vol avec une vitesse fulgurante.
Le premier adversaire se jeta sur Neroad avec force, le faisant reculer à l'impact mais il ne faiblit pas et lui montra sa maîtrise du corps à corps : il se laissa tomber en arrière, attrapa fermement le lézard pour lui fracasser la tête sur le sol, se releva pour cueillir deux autres opposants en pleine course qui, étonnés par sa vitesse ne purent rien faire pour esquiver sa lame qui n'eut aucun mal à séparer leur tête de leurs corps.
Pendant ce temps, Caliisto prit à part trois lézards et s'occupa de sceller leur destin : l'un sauta sur elle tandis que les deux autres courait lance en avant dans sa direction. Avec cette configuration, les Sauriens étaient sûrs qu'elle ne pourrait en réchapper mais la jeune femme leur prouva bientôt le contraire car elle n'était pas seul. L'un des modules se rua sur le lézard volant et lui retourna la tête violemment, l'autre se mua en une sorte de lance et traversa littéralement les deux restants de part en part dans une trainée électrique.
Au même moment, le reste du contingent arriva à hauteur du garçon, espérant ainsi profiter de sa supériorité numérique pour en finir avec lui.
"Pousse toi!" cria sa compagne, armée d'une énorme machine à l'air menaçant. Neroad ne prit pas le temps de réfléchir et s’exécuta tout de suite tandis que Caliisto activa sa machine. Elle se mit en route dans un grondement sourd qui donna ensuite naissance à un vortex noir, aspirant les Sauriens qui paraissait déformés à l'intérieur. Leurs corps se contractaient de plus en plus au contact du tourbillon, les rendant difformes quand finalement le tourbillon s'arrêta pour ne laisser derrière lui que des restes éparses de ce qui fut autrefois les membres d'une race d'Elios.
"Ne vraiment pas l'énerver." se dit intérieurement Neroad tandis que Caliisto semblait épuisée après cette technique. "Je l'appelle Trou Noir! Ca en jette, hein?" clama la jeune femme avant de s'effondrer sous un coup d'épée. Derrière son corps inerte se profilait deux Sauriens, beaucoup plus grands que les autres et beaucoup plus fort aussi.
"Caliisto!" Cria Neroad avant de se jeter en hurlant sa rage sur les deux nouveaux arrivants. Il plaça un coup d'épée qui se heurta à celle du premier ennemi tandis que le deuxième lui asséna un magistral coup de poing dans les côtes. Le jeune homme en perdit son souffle mais n'eût pas le temps de penser à la douleur car les deux revenaient à la charge. Neroad esquiva le premier coup venant de la gauche mais ne vit pas arriver l'autre de la direction opposée qui le fit voler sur plusieurs mètres. A peine eut il le temps de se relever qu'il remettaient ça avec une synchronisation mortelle mais cette fois ci, notre combattant sentit les coups et les paras, l'un avec son bras Nasod et l'autre avec sa lame. Malheureusement pour lui, il restait un bras de libre a chaque Saurien, ce qui n'était pas son cas, et ils s'en servirent pour renvoyer au loin le jeune homme.
Ses opposants ne perdirent pas de temps et fondirent sur lui, prêt à en finir avec leurs proie. Encore sous le choc, il vit ses adversaires se jeter sur lui et leva son bras comme ultime défense. Au moment ou il pensa que tout était fini, un cri se fit entendre et une ombre tomba sur les deux Sauriens.
"Franchement les gars, deux contre un c'est pas fair play. Besoin d'aide papy?" Devant Neroad se tenait un garçon, maniant un espadon qui faisait sa taille en train de tendre la main vers l'homme à terre.
"Qui est tu?" demanda Neroad au nouveau venu.
"Plus tard les question veux tu? On s'occupe d'eux et après je te réponds." répondit le garçon en souriant.
"Pff. Okay ça me va."
les deux épéistes se ruèrent à l'assaut ensemble, comme si ils avaient fais ça toutes leurs vies, avec une coordination parfaite. Les épées s'entrechoquaient, les étincelles engendrées par les chocs répétés fusaient, le métal commençait à chauffer tandis qu'aucun des deux camps ne voulaient lâcher.
"Il est temps d'en finir non?" lança le garçon.
"Je pensais la même chose."
Neroad planta son épée dans le sol et commença à charger son énergie dans son bras Nasod tandis que le garçon se jeta sur un des Sauriens lui assénant un nombre incalculable de coups, réduisant peu à peu l'ennemi en un tas de viscères sanguinolentes.
Le bras quand à lui, avait emmagasiné assez d'énergie. Sa main se mit à tourner sur elle même, brisant facilement l'épée du Saurien et vint se loger dans son ventre, toujours en tournant. Le lézard se mit à hurler, d'une voix torturée par la douleur quand finalement la main s'arrêta de tourner. Le Saurien était encore conscient quand il vit son ventre s'illuminer.
"Meurs." murmura Neroad tandis qu'une explosion se produisit à l'intérieur du corps de son adversaire, séparant sa partie supérieure de son autre moitié dans une gerbe de sang.
"Waouh! Rappelle moi de pas t'embêter à l'avenir papy! Bon sinon moi c'est Blady. Enchanté!"
_______________


Revenir en haut
Neroad


Hors ligne


Inscrit le: 02 Fév 2012
Messages: 649

MessagePosté le: Mer 29 Aoû - 01:23 (2012)    Sujet du message: Les chroniques de Neroad Répondre en citant

Chapitre 3 : Raid sur le lac

Trois jours s'étaient écoulés depuis l'attaque des Sauriens sur nos héros, trois jours durant lesquels Neroad tournait en rond, ne cessant de pester contre son impuissance.
Depuis leur retour, Caliisto était restée inconsciente suite au coup en traître de l'un des guerriers. Chachabuk, l'alchimiste du village mais aussi un membre du peuple Saurien, ce qui ne manqua pas de déstabiliser Neroad lors de leur première rencontre qui failli le trancher en deux pensant que les lézards étaient revenus finir le travail, s'occupait de la jeune fille.
A grands renforts de potions et d'herbes médicinales, l'alchimiste fit tout ce qui était en son pouvoir pour que la jeune fille s'en sorte. Chachabuk soupira et se tourna vers Neroad : "Très difficile pour elle cette nuit sera buk, buk." lui confia l'alchimiste en sortant.
Le jeune homme resta au chevet de son amie toute la journée, espérant que tout se passe bien pour elle.
"Tu parles d'un chef de guilde, mon seul coéquipier battu pendant notre première mission, bravo Nero t'es doué !" pensa-t-il tandis que l'éclat blafard de la lune éclairait le visage de sa compagne.
A cet instant, quelqu'un frappa à la porte : "Papy, t'es là ? Faut qu'on parle." Dans l'encadrement de la porte se tenait l'homme qui l'avait aidé contre les Sauriens.
"Blady, c'est ça ? Qu'est ce que tu me veux ?"
"Et bien, quel accueil pour l'homme qui t'as évité de finir en nourriture à Komodo."
Neroad se contenta de soupirer tout en réitérant sa question.
"Bon, la courtoisie, c'est pas ton fort, c'est noté. Bref, la chef de la sécurité de la ville te demande, elle t'attend en bas."
Les deux jeunes gens descendirent l'escalier menant au hall de l'auberge où Solène les attendait. "Bon, tout d'abord, désolée pour ta copine mais venez pas dire que je ne vous ai pas prévenu. Ensuite, j'ai une proposition pour toi, Monsieur le chef de guilde."
Neroad prit une chaise et invita la jeune femme à poursuivre.
"Très bien, donc tu es au courant que les Sauriens aimeraient bien nous voir disparaitre de la surface d'Elios, ce qui est étrange car jusqu'à maintenant, nous vivions en harmonie, chacun dans notre coin. Je voudrais que tu enquêtes sur ce soudain changement de comportement en te rendant au lac de Besma. Il va sans dire que tu seras rémunéré pour ça. Alors ?"
"Et comment je fais ça tout seul ? Pas que je ne sois pas friand de découper des Sauriens mais je ne suis pas suicidaire."
"Tu es chef de guilde, non ?" demanda Blady "Alors compte moi dedans, bien que je sois sûr de le regretter plus tard vu ton caractère." lança-t-il d'un air rieur.
"Et à deux, tu acceptes ?" dit Solène.
"A quatre vous voulez dire" clama une voix venant du fond de la salle.
Cette voix appartenait à un enfant, d'à peine 14 ans, suivi d'une fille à peine plus vieille qui utilisait apparemment le même style de combat que Caliisto, à savoir des modules Nasods.
"Moi c'est Modas, chevalier mage et elle c'est Chipita, ou Chip. Ca fait un moment qu'on vous écoute et je dois admettre qu'on est vachement intéressés par la mission et aussi par le fait de rejoindre une guilde. Alors, t'en dis quoi ?"
Neroad se mit à éclater de rire, réaction qui étonna tout le monde, quand finalement il s'arrêta pour annoncer : "Très bien, les nouveaux, bienvenues ensuite,  je veux tout le monde, demain, à sept heures devant l'auberge."
Les trois recrues lancèrent un "Oui chef !" avant de sortir de l'auberge afin de se préparer à leur toute première mission.
Neroad regarda Solène et lui dit : "Pas de soucis pour la mission, je prends." avant de remonter dans sa chambre.
Le lendemain, Neroad se leva après une courte nuit dû au fait d'avoir réfléchi au meilleur moyen de s'infiltrer dans le camp des Sauriens au lac.
Caliisto semblait aller mieux comme l'attestait son visage qui reprenait des couleurs. Le jeune homme sortit de la chambre, descendit l'escalier et se dirigea vers l'entrée de l'auberge où l'y attendaient déjà Blady et Chipita.
"Et le microbe, il est passé où ?" demanda-t-il à la jeune fille.
"Feignant comme il est, il doit encore dormir." soupira-t-elle quand une silhouette apparut à l'horizon, courant dans leur direction.
"Héhé, désolé je me suis pas réveillé." lança l'enfant avant de se faire frapper sur la tête par Neroad. "Hey c'est pour quoi ça ?" eut-il le temps de lancer avant que le deuxième coup ne tombe.
"J'aime la ponctualité." grogna le jeune homme avant de se mettre en route, suivit par ses nouveaux compagnons.
Après deux heures de marche, le lac était en vue, ainsi que le camp où une légion de Sauriens se tenaient.
Les quatre aventuriers suivirent le plan de Neroad, consistant à embusquer les patrouilles une à une pour ne pas avoir à les affronter toutes en même temps.
Ils se séparèrent en deux groupes, Neroad et Blady opéraient avec des frappes nettes et précises, transperçant leurs ennemis rapidement ou en leur brisant la nuque avec son bras pour l'un et d'un coup d'espadon pour l'autre.
Modas et Chipita, quant à eux, optaient pour une approche plus brutale, la jeune fille se contentait de laisser ses modules déchiqueter les Sauriens tandis que le garçon chargeait, réduisant les pauvres hères tombant sous son épée en amas sanguinolent de viscères.
"Au moins, le travail est fait." se dit intérieurement Neroad avant de penser que même si des patrouilles disparaissaient, les Sauriens ne semblaient pas s'en préoccuper, chose qu'il trouva étrange.
Après plusieurs escarmouches, ils arrivèrent en vue du fond du camp où une énorme tente se dressait là, à l'écart de toutes les autres. Le groupe présuma que c'était celle du chef et entreprit de rentrer dedans.
"Laissez moi faire." lança Chipita avant de se rendre invisible, lui permettant ainsi de se débarasser des gardes devant la tente pour que le groupe puisse rentrer à l'intérieur sans déclencher l'alerte.
Une fois dans la tente, les aventuriers se mirent à la recherche de tout indice pouvant expliquer ce changement chez les Sauriens.
Blady remarqua alors un orbe sous verre, dégageant une aura bleutée et hypnotisante.
Tandis qu'il semblait happé par cette lueur, Neroad arriva et brisa le verre de son poing pour s'emparer de l'orbe.
"Okay, je crois qu'on a ce qu'on veut. J'ai aussi un parchemin décrivant une réunion qui doit se passer ici dans une semaine, on peut partir."
Au moment où notre héros finissait sa phrase, une énorme masse vint s'abattre sur lui, qu'il eut juste le temps de bloquer avec son bras.
Trois Sauriens se tenaient dans l'entrée précédés de ce qui semblait être leur chef, un énorme lézard avec une barbe tout aussi grande, tenant un bâton surmonté d'un crâne de komodo.
Les trois chargèrent le groupe d'aventuriers quand Neroad cria : "Blady, Modas, Chip vous prenez les trois, je m'occupe du gros." avant de se lancer en direction du shaman.
Le trio de Saurien engagea alors un combat contre les trois nouvelles recrues, essayant de les aplatir tandis que Modas et Blady contraient leurs coups, tout en étant aidés de Chipita et de ses modules.
Cette dernière ordonna à ses Nasods de tournoyer en cercle tellement vite que les lézards eurent l'impression d'avoir affaire à une tornade d'acier. Cet ouragan mécanique n'avait pour but que de les rassembler au même endroit, car s'ils essayaient d'en sortir, les modules se chargeraient de sceller leur destin.
Pendant ce temps, Neroad engagea le shaman qui s'introduisit comme Beurke l'ancien, ce qui fit apparaître un sourire sur le visage du jeune homme.
Le combat faisait rage car même si le Saurien n'était pas très mobile, il compensait cette faiblesse par une multitude de sorts comme des boules d'énergie qui suivaient notre héros, ce qui rendait le combat problématique pour lui.
Tandis qu'il esquivait ces feux follets mortels, le shaman planta son bâton dans le sol et récita une incantation qui fit apparaître un nuage noir comme la nuit.
Neroad, trop occupé à éviter les projectiles magiques de son opposant ne remarqua pas l'éclair qui lui tomba dessus de plein fouet, le clouant sur place.
Au même moment, l'affrontement des trios prit fin, quand Chipita ordonna à ses modules de s'arrêter, permettant à Blady et Modas, se tenant face à face, de frapper le sol à l'unisson provoquant ainsi trois geysers de flammes, se rejoignant sous les pieds de leurs ennemis, les réduisant en cendres instantanément.
Beurke s'approcha de Neroad, encore sous le choc de la foudre, pour lui porter le coup de grâce quand les trois recrues se postèrent devant leur chef, obligeant le shaman à reculer pour relancer ses sorts et ainsi préparer sa foudre.
Neroad vit le nuage se former, se releva douloureusement, planta son épée dans le sol et prit appui dessus pour sauter le plus haut possible, son bras Nasod tendu qui fit office de paratonnerre, recevant l'éclair pour lui seul.
"Maintenant!" hurla-t-il, le visage déformé par la douleur.
Blady et Modas se jetèrent, épée en avant sur Beurke, le transperçant de part en part tandis que Chipita matérialisa une lance qui se ficha dans la gorge du Saurien, le réduisant au silence à jamais.
Reprenant son souffle, Blady lança : "Bon, on ramasse le kamikaze et on rentre, mission accomplie !".

 
_______________


Revenir en haut
Neroad


Hors ligne


Inscrit le: 02 Fév 2012
Messages: 649

MessagePosté le: Mar 19 Mar - 08:25 (2013)    Sujet du message: Les chroniques de Neroad Répondre en citant

Chapitre 4 : Attaque nocturne

"Si on doit envoyer un membre à l'infirmerie à chaque retour de mission, les seuls nouveaux que l'on pourra recruter seront des suicidaires ou des fous comme le patron."
A ces mots, Modas réagit d'une façon plus que surprenante, en éclatant de rire avant de rajouter : "Peut-être bien, mais moi ça me va ! Au moins on ne s'ennuie pas et on sait ce que notre chef vaut. Ça m'aurait dérangé de bosser pour un incompétent."
A peine sa phrase fut finie que la porte de la chambre s'ouvrit en trombe, faisant apparaître dans l'encadrement un homme couvert de bandages.
Soulagés de voir leur coéquipier debout aussi vite, ils s'empressèrent tous de s'enquérir de son état.
"Déjà debout ? Je ne savais pas que la magie des Sauriens était aussi faible." lança Blady.
"Ne vous y trompez pas. Une personne normale serait morte après un tel choc. J'ai bien l'impression que cette technologie m'a sauvé la vie" dit-il en fixant son bras mécanique.
"Bref, j'ai quelqu'un à vous présenter. Voici Caliisto, mon second." Une jeune femme apparut derrière lui, légèrement embrumée par son repos forcé.
"Enchantée, je m'appelle Caliisto, intendante de cette guilde. Ravie de vous connaître."
L'heure du déjeuner était déjà arrivée, ils en profitèrent donc pour débriefer leur mission au lac.
Neroad voulut savoir si le paiement avait été effectué suite à leur réussite. Chipita lui expliqua qu'en l'absence du maître ou d'un intendant, ils ne pouvaient prétendre à la récompense.
"Très bien, j'irais voir Solène après." répondit le jeune homme.
Le reste du repas se fit sans heurts, malgré le sentiment de malaise qu'éprouvait Caliisto à cause du regard soutenu de Chipita pendant toute la durée du déjeuner. Elle ne put déterminer si c'était de l'admiration ou de la vénération dans son regard mais les deux l'inquiétait tout autant.
Après s'être rassasiés, tout le monde vaqua à ses occupations et Neroad se mit en route vers l'office du chef de la sécurité de la ville. Il réclama la récompense et se mit à éplucher les annonces de contrats.
Tandis qu'il cherchait une mission dans les cordes de sa troupe, Solène l'invita à venir dans son bureau.
"Tout d'abord, beau travail au sujet de la dernière fois. Pour être franche, je ne pensais pas que vous alliez trouver quelque chose ou même revenir." lança t-elle avant de se fendre d'un sourire.
Le jeune homme remarqua qu'elle était capable de sourire avant qu'elle ne lui lance un dossier entre les mains.
"Qu'est ce que c'est ?"
"Le rapport de l'alchimiste sur l'orbe que vous avez ramené."
"J'ai pas tellement l'envie de me farcir tout un dossier. Ça vous dérangerait de me donner la version courte ?"
L'officier lui expliqua que l'orbe en question était doté d'un pouvoir hypnotique très puissant, ce qui prouva un point important : les Sauriens n'agissaient pas de leur propre chef.
"J'ai donc une autre mission à te confier, si tu t'en sens capable."
"Allez-y, je prends de toute façon. Je suis curieux de savoir quel genre de personne voudrait déclencher une guerre et bien disposé à le lui faire regretter."
La femme se leva de sa chaise, se dirigea vers la fenêtre, regarda l'horizon et lui annonça : "Il va falloir que vous retourniez au lac sans plus tarder. Il faut détruire tous ces orbes ! On ne peut pas permettre qu'une guerre éclate, le village n'aurait aucune chance et je ne tiens pas à ce que cela arrive."
"J'en fais mon affaire, préparez la prime." lança-t-il avant de sortir de l'office en direction de l'auberge.
En tant que chef, la tâche de décider d'une stratégie lui revenait et il mit peu de temps avant de trouver la meilleure : un raid éclair sous le couvert de la nuit.
Une fois tout le monde réuni, il leur exposa le plan. Tous comprirent son approche et validèrent la tactique. Il ne restait plus qu'à savoir qui allait faire partie de cette équipe furtive.
Modas, bien que très enthousiaste à l'idée de repartir en mission, fut tout de suite écarté, jugé trop flamboyant par l'ensemble de ses coéquipiers à son grand désarroi. La même chose fut soulevée pour Blady,ce qui ne laissait plus que Neroad, Caliisto et Chipita. C'est ce moment que choisit l'intendante pour se porter volontaire.
"Pourquoi toi plus que moi ?" lui demanda son supérieur.
"Pour ça !" clama-t-elle avant de devenir invisible. Les trois hommes furent étonnés de cette disparition quand Neroad put enfin ouvrir la bouche pour demander : "Pourquoi je ne sais ça que maintenant ?"
"Tu ne m'as jamais posé la question." rétorqua la jeune femme d'un air amusé tandis qu'elle redevenait visible.
Visiblement peu amusé par cette réplique, le jeune homme marmonna quelque chose avant de reprendre d'un ton plus grave : "Quoi qu'il en soit, je refuse que tu partes seule, on ne sait pas ce qui peut..." quand tout à coup, Chipita qui restait silencieuse depuis la démonstration de sa comparse s'exclama : "Je le savais !" avant de devenir invisible elle aussi.
Neroad se tourna vers Blady et Modas, les fixa dans les yeux et s'adressa à eux : "Et vous ? Vous allez vous envoler par la fenêtre maintenant ?"
Quand Chipita redevint visible, elle attrapa les mains de Caliisto et se mit à sauter sur place, visiblement très heureuse.
"Enfin je ne suis plus seule !" soupira-t-elle. Caliisto parut très troublée par cette nouvelle et penchait plutôt du côté de l'incompréhension que de la joie.
Le jeune chef rappela tout le monde à l'ordre avant d'annoncer qu'au vu de leurs capacités, les deux jeunes femmes formeraient l'équipe pour la mission nocturne.
"Vous partirez dans une heure. La nuit sera tombée à votre arrivée au lac. Bonne chance."
Sur le trajet, les deux partenaires croisèrent quelques patrouilles dont elles se débarrassèrent sans problème pour finalement arriver au lieu de leur quête.
Elles remplirent leur tâche efficacement, cherchant dans les huttes les plus gardées les orbes responsables de la folie des Sauriens.
La manière dont elle s'occupèrent des gardes était aussi hypnotique que les artefacts qu'elles étaient venues détruire : une danse macabre, silencieuse, mais ne laissant que mort derrière elle. Une mort élégante et sans bruit, aussi froide et calme que la nuit recouvrant le lac.
Bientôt, il ne resta plus qu'une seule hutte, beaucoup plus grande que les autres. Caliisto remarqua que malgré la destruction des orbes, les Sauriens restaient dans l'état de transe habituelle résultant de l'hypnose. Elle espérait que l'effet s'estomperait avec la destruction de celui se trouvant dans la dernière hutte, s'il y en avait un, sinon, il faudrait se replier et réfléchir à une autre tactique.
Les deux jeunes filles réglèrent sans peine le sort des sentinelles gardant l'entrée et pénétrèrent dans la tente.
Ce qu'elles y trouvèrent les laissa sans voix : un orbe gigantesque, au moins vingt fois plus gros que les autres, irradiant une lumière violette douceâtre.
"Il va falloir quelque chose de plus puissant que nos modules pour celui là." dit Chipita.
"En effet, rétorqua Caliisto, mais attends, tu ne sens pas quelque chose ?"
La combattante fut mal à l'aise dès son entrée dans l'édifice, elle ressentait une présence l'épier depuis l'obscurité.
"De quoi tu par..." n'eut pas le temps de finir Chipita avant de prendre un coup d'épée du plat de la lame dans l'aine qui eut pour effet de l'envoyer à l'autre bout de la hutte.
Caliisto esquiva le coup qui lui était destiné et put poser un visage sur cette présence menaçante : Un guerrier ténébreux ! Deux pour être exact. Ces Sauriens avaient la capacité de se rendre invisible durant la nuit et ils savaient en tirer parti si bien que sentir leur présence relevait du miracle.
"Chip, ça va ?" cria Caliisto à sa compagne.
La jeune fille se releva en grimaçant, du sang perlait de sa lèvre qu'elle avait du se mordre sous le coup de l'impact.
"Ça ira, il est temps de leur rendre la pareille maintenant !" hurla-t-elle avant de se jeter sur l'un des Sauriens.
Le combat commença.
Les quatre adversaires disparurent, discernables seulement par un œil averti. On ne les distinguait que lors des chocs, modules contre épées.
Des étincelles fusaient dans tous les sens, le vent que provoquait leurs mouvements fit tomber des poteries et autres décorations tandis que le fracas assourdissant du métal contre du métal remplissait l'atmosphère.
Les deux parties se rendaient coup pour coup, le combat faisait rage, malheureusement, l'invisibilité puisait dans les réserves d'énergies des deux jeunes femmes et le combat tourna à l'avantage des assassins nocturnes.
L'hypnose semblait les rendre infatigables et immunisés à la douleur, frappant avec toujours plus de rage tandis que leurs adversaires perdaient de plus en plus de terrain.
A bout de force, Caliisto jeta un œil alentour et remarqua nombre d'armes dans des râteliers ou suspendues dans la hutte. Une idée lui vint alors.
Elle prit la main de Chipita et lui ordonna de suivre ses instructions.
Les deux jeunes filles se jetèrent sur les Sauriens avant de s'envoler au centre de la pièce, aidées de leurs modules.
"Augmente la puissance de ton magnétisme !" hurla Caliisto à sa camarade.
"Quoi ? Mais pourquoi ?! "
"Discute pas et fais le !"
Elle s’exécuta donc et comprit alors : tout ce qui était métallique allait être attiré à elles.
Les objets filaient droit vers les deux femmes à une vitesse folle et au dernier moment, Caliisto cria : "Maintenant !"
Les objets furent repoussés dans tous les sens, des centaines d'armes furent projetées comme s'il s'agissait des éclats d'une grenade, transperçant de toute part les deux guerriers pris de court par cette tactique, les laissant se vider de leur sang, cloués au sol.
L'orbe géant fut aussi détruit par cette attaque, il n'émettait plus aucune lumière désormais.
Chipita regarda sa coéquipière, lui décocha un sourire avant de lui dire : "C'est génial, je m'étais dis que l'intendante serait moins folle que le chef. C'est loupé, vous êtes aussi tarés l'un que l'autre !".

Enjoy, ça fait un moment que je veux le finir mais jamais l'inspiration.
P.S : Je vais essayer de passer à un rythme plus soutenu, genre 1 par semaine ou 1 toutes les 2 semaines.
_______________


Revenir en haut
Neroad


Hors ligne


Inscrit le: 02 Fév 2012
Messages: 649

MessagePosté le: Jeu 13 Juin - 11:03 (2013)    Sujet du message: Les chroniques de Neroad Répondre en citant

Bon, comme z'êtes bien casse-couilles et que vous comprenez pas qu'écrire un chapitre qui soit cool ça demande de la préparation, je vous mets un truc pour patienter.

Piégé, terrifié, seul dans ce qui s'apparentait être une réserve mais qui me donnait davantage l'impression d'être l'antichambre de l'enfer.

Je les sens. Ils sont là, ils me cherchent, qui ou quoi que ce soit, ils veulent m'entraîner avec eux dans les abysses.

Je peux sentir presque physiquement le mal qui m'entoure, presque l'effleurer du bouts des doigts. L'air est lourd, pesant, je courbe sous son poids, me fait écraser par toutes les horreurs indicibles qu'il transporte avec lui. Mon esprit est en miettes, pâle reflet de ce qu'il fut autrefois, je peine à le solliciter, je ne suis maintenu en vie que par mon instinct, guidé par la volonté de vivre du tout un chacun, cherchant désespérément à mettre fin à cette folie qui m'entoure.

A n'importe quel prix, je veux que tout ceci s'arrête, cela n'a aucun sens.

Comment ? Pourquoi ? Et plus important encore, qui ?

Je devrais reprendre tout ceci depuis le début, essayer de reprendre le contrôle de cette étrangère qu'est devenue la raison pour moi. Un voyage dans le passé en quête d'un moyen de pouvoir m'en sortir, si seulement il en existe un..

Je m'appelle Alexander Thomasson, j'ai 31 ans. J'occupe un poste de linguiste dans une   célèbre université de Paris. Ma réputation dans le milieu est assez importante compte tenu de mon jeune âge.

J'ai fait la couverture de magazines spécialisés notamment grâce aux traductions d'anciens textes sumériens. Je suis ce que l'on peut appeler un expert dans la matière.
Tout allait parfaitement bien pour moi, ma vie professionnelle m'assure un train de vie confortable ainsi qu'une place dans la société et ma vie sentimentale venait juste de prendre un agréable tournant en la personne de Beth : une femme charmante et aussi mon assistante.

Nous étions le 28 Octobre 1853 quand je reçus une lettre d'un confrère anglais me demandant de le retrouver dans la ville de Bristol au sujet de textes qu'il aurait découvert et qui seraient susceptibles de m'intéresser.

Je pris donc une place sur le Ste Elizabeth le jour même et entrepris ainsi d'aider mon collègue sur ces mystérieux textes.

Le jour suivant, nous accostâmes à Londres et je dus faire la route jusqu'à Bristol. À ce moment, j'espérais vraiment que ces documents en valaient la peine, je ne savais pas à quel point...

Après quelques jours de voyage, j'arrivais enfin à destination. La propriété de mon confrère s'étendait sur quelques hectares, il me semble me souvenir que cet homme avait reçu en héritage une fortune familiale colossale, ce qui expliquait la taille de son domaine.

À la sortie de la calèche, je fus accueilli par ce qui semblait être le majordome. Il m'informa que son maître ne souhaitait pas être dérangé. Il me confia que cela ne ressemblait pas à son employeur. Je ne l'écoutais que d'une oreille à ce moment là, préférant admirer la résidence : c'était un énorme manoir, richement décoré et parfaitement entretenu. Il y avait deux portes à droite et à gauche de la pièce, donnant probablement sur la salle à manger, le salon et la cuisine pensais-je. Un énorme lustre surplombait le hall, du milieu duquel s'élevait un escalier se séparant en deux permettant d'accéder à l'aile droite et gauche de l'étage.

Le vieil homme se rendit compte que je ne prêtais guère attention à ses paroles, se racla la gorge bruyamment et me demanda qui il devait annoncer.
À l'entente de mon nom, il m'informa que son maître m'attendait plus tôt et m'indiqua le chemin de l'étude.

Arrivé devant la porte, le majordome m'annonça en frappant au préalable à la porte. Après trois essais infructueux, je me résolus à entrer.
Quand je pris la poignée, un frisson me parcouru l'échine, comme si faire cela était la pire des décisions que je pouvais prendre.

Ignorant cette sensation, j'ouvris la porte et fut assailli par une odeur épouvantable et une vision cauchemardesque : un homme était au centre de la pièce, accroché par les bras à des cordes qui finissaient leur course dans les murs, solidement cloutées dans ceux ci.

Le cadavre du maître de maison était un spectacle atroce à voir : il était ouvert en deux en partant du bas du ventre jusqu'au menton, ses viscères se répandaient sur le sol, on aurait dit qu'elles essayaient de s'échapper de leur propriétaire. Les yeux de l'homme était révulsé et du sang en sortait, ainsi que de ses oreilles.
La scène était insoutenable et je rendis mon déjeuner tandis que le majordome s'effondra à terre en sanglotant.

Quand j'eus enfin repris le contrôle de mon corps, je sortis un mouchoir de ma poche afin de me couvrir le nez, dans l'espoir de ne pas respirer plus que nécessaire cette odeur infecte.

J'ordonna au majordome de reprendre ses esprits et d'aller au plus vite prévenir les autorités. Le vieil homme se releva et sortit de la pièce, paraissant plus mort que vif à ce moment.

Bien que sa vue me soit insupportable, j'entrepris d'examiner le corps du pauvre homme. Après tout, cet homme me demande de l'aide et meurt peu de temps après, cela ne pouvait être qu'une coïncidence.

Je pus voir que le cadavre était marqué dans sa chair, d'un dialecte qui m'était inconnu. Des deux côtés de l'entaille qui séparait le pauvre homme en deux, comme s'il s'agissait d'un espace pour délimiter les mots.

C'est tout ce que je pus remarquer avant que mon organisme ne tire la sonnette d'alarme pour me dire de sortir d'ici au plus vite.
Une heure plus tard, la police arriva et boucla le périmètre, nous demandant de quitter les lieux après avoir recueilli nos témoignages.
Tout ceci aurait du s'arrêter là pour moi, mais il en fut autrement...
_______________


Revenir en haut
Neroad


Hors ligne


Inscrit le: 02 Fév 2012
Messages: 649

MessagePosté le: Dim 16 Juin - 05:56 (2013)    Sujet du message: Les chroniques de Neroad Répondre en citant

Chapitre 5 : Préparation Au Tournoi

"Écoutez moi tout le monde, voici notre nouveau membre. Il sera chargé de tout ce qui attrait à la logistique concernant la guilde. Je vous présente...euh...excuse moi, je n'ai pas bien saisi ton nom."

Neroad se retourna vers la silhouette qui se cachait derrière lui qui se décida à sortir de l'ombre. C'était un petit être, pas plus grand qu'un hérisson, et partageant quelques similarités avec ce dernier : il se tenait sur deux pattes et pouvait parfaitement remplir l'office d'animal de compagnie.

A sa vue, Modas ne put s'empêcher d'exploser de rire, ce qui vexa profondément la créature. Cette dernière sortit une casserole de son sac à dos, non sans provoquer la surprise des membres présents, et l'envoya de toutes ses forces en direction du jeune garçon.

Le jeune homme, trop occuper à s'esclaffer, ne la vit pas venir et tomba à la renverse, inerte, la casserole imprimé sur son visage.

"Maintenant qu'on à bien rigolé, laissez moi faire les présentations. Je suis un Porou de la forêt d'Elder et mon nom est Fenrir. Je remplirais la fonction d'intendant préposé à la logistique à la demande de votre chef. Des questions ?"

Blady leva timidement la main, avant de se raviser, voyant le Porou porter une main à son sac. Chipita et Blady se cachèrent derrière Caliisto qui ne semblait pas rassurer elle même.

Le nouveau venu sortit un carnet de son sac, le feuilleta jusqu'à tomber sur la page qu'il cherchait : "Huhum, Blady, sexe masculin, premier membre de la guilde, gros mangeur et n'a pas sa langue dans sa poche, piètre dragueur et d'une vantardise à toute épreuve, tu avais une question ?"

Visiblement démoralisé par son portrait, le garçon alla s'asseoir à une table ou il entreprit de dévorer des brochettes de Komodo en pleurant.

"Très bien, si tout le monde est d'accord, j'ai quelque chose à vous montrer sans plus tarder." Neroad sortit une affiche de sa poche et la posa sur la table commune ou tout le monde put lire le message suivant : "Grand Tournoi Annuel de Besma : 1er prix de dix millions de PP. Inscription gratuite. Catégories 1v1 et 2v2. Venez nombreux !"

Chipita et Caliisto semblait comme hypnotisées par le montant de la récompense, les yeux dans le lointain, un sourire béat aux lèvres. On pouvait les entendre répéter les mêmes mots en boucle : "Veut...Diamond...Yaksha..."

Leur chef les sortit de leur état de contemplation en tapant du poing sur la table en s'écriant : " Ils nous faut cet argent ! Fenrir, combien d'argent nous reste t-il ?"
" Les fonds de la guilde s'élèvent actuellement à cinq milles PP, de quoi tenir encore une semaine."

Tous soupirèrent de se savoir si pauvre tandis que Blady essuyait encore un échec avec la serveuse.

"Chaque guilde ne peut s'inscrire que trois fois dans l'ensemble des catégorie, il va donc falloir choisir qui participeras et dans quelle catégorie. Pour cela, on se servira des salles d'entraînement de la ville. Préparez vous !"

Tout le monde se dirigea vers la porte de l'auberge, faisant route vers l'arène, bien décider à montrer ce qu'il valait.
Neroad attrapa un Blady en larmes avec des brochettes plein la bouche et le traina par terre jusqu'au lieu-dit.

"Bienvenue à l'arène de Besma, lança l'entraîneuse, Qu'est ce qu'il vous faut ?"

Caliisto expliqua ce pourquoi ils étaient tous présents et l'hôte leur montra le chemin d'une salle inoccupée, circulaire et remplit de sable pour éviter les mauvaises chutes.

Neroad se plaça au centre de la salle, épée en main et demanda : "Alors, par qui je commence ? "

Modas avança, un sourire aux lèvres avant de dégainer et de courir en direction de son chef.

Neroad arrêta le jeune homme en pleine charge en confrontant leurs deux lames, s'ensuivit un déploiement de puissance brute des deux camps : les pierres au sol se soulevaient à chaque impact. Des gerbes d'étincelles faisaient leur apparition à chaque coup porté, aussi vives qu'éphémères, comme une créature ne prenant vie que pour honorer la puissance du choc de l'acier contre l'acier, avant de disparaître, leur temps écoulé.

Après plusieurs assauts, Modas entreprit de mettre toute sa force dans un seul coup : il posa son espadon sur son épaule avant de le jeter en avant, son corps propulsé par le poids de l'arme, dans le but de détruire son adversaire .

La puissance se dégageant de ce coup était telle que l'air semblait s'écraser sous le poids de cette attaque.

Neroad choisit ce moment pour esquiver cet assaut vertical d'un simple pas de côté, laissant le coup finir sa course dans le sol avec un fracas assourdissant et une explosion de sable.

L'homme posa son épée sur le cou de Modas avant de murmurer : "Perdu."

Le garçon se releva, repoussant l'épée d'un geste avant de retourner vers ses compagnons.

Il ne se retourna pas quand son maître de guilde lui cria : " La force ne sert à rien si tu ne peux pas garder la tête froide en toute circonstance. Un tel déploiement sans maîtrise ne servira qu'à te faire tuer."

Le jeune garçon alla s'asseoir dans un coin, l'air grave et visiblement déprimé par sa défaite.

"Le prochain combat sera un match en équipe, moi et Blady contre Chipita et Caliisto. Dépêchez vous !" ordonna Neroad.

Le combat commença par une charge des deux épéistes sur les jeunes filles, qu'elles esquivèrent sans peine avant de fondre telle des oiseaux de proies sur leurs adversaires.

Cette rencontre était sérré, Chipita s'occupait de Blady tandis que Caliisto devint invisible pour tenter de déconcentrer Neroad. Le jeune homme se concentra en fermant les yeux pour essayer de discerner les mouvements de son opposant. Chipita le remarqua tout de suite et se jeta sur lui, lui assénant deux coups de modules qu'il ne put esquiver à cause de sa cécité volontaire.

Pendant la chute, il lança son épée vers Blady avant de planter son bras mécanique dans le sol pour regagner son équilibre.
Son allié ne comprit pas pourquoi l'épée de son chef volait vers lui tellle une flèche et il la dévia d'un coup d'espadon avant de se faire assommer par Caliisto qui sortit de son manteau des ombres derrière lui.

Les deux filles se lancèrent un regard complice, apparemment très satisfaite de leur démonstration de duo fatal.
"Tcchh, pesta Neroad, pourquoi l'as tu dévié ? La base du combat en équipe repose sur la confiance que s'accorde les deux membres. Ils nous restent deux semaines avant le tournoi, on a encore beaucoup de pain sur la planche, rentrons."

Tout le monde prit ses affaires et repartit pour l'auberge. Plus tard dans la nuit, quelqu'un frappa à la porte de Neroad. C'était Modas.

"Je pars un moment, je dois faire quelque chose mais je reviendrais à temps pour le tournoi."
"Comme tu veux, lui répondit son chef, ne me fais pas regretter de t'avoir choisis."

Modas hocha la tête et ferma la porte. Il faisait nuit mais cela lui importait peu, il avait quelque chose à faire. Surtout pour lui mais aussi pour ses amis.
_______________


Dernière édition par Neroad le Lun 17 Juin - 06:56 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Neroad


Hors ligne


Inscrit le: 02 Fév 2012
Messages: 649

MessagePosté le: Dim 16 Juin - 06:01 (2013)    Sujet du message: Les chroniques de Neroad Répondre en citant

Chapitre Spécial : La Résolution De Modas

Trois jours s'étaient écoulés depuis son départ de Besma. Une ville se profilait à l'horizon, protégée dérrière son mur d'enceinte.

L'air était glacial cette nuit, mais il n'en avait cure, il continuerait d'avancer quand bien même la terre se dresserait devant lui, il réussira pour lui même et ses amis, il leur devait. Il lui devait à elle.

La lune semblait veiller sur son voyage solitaire, éclairant son chemin et le baignant de ses reflets argentés. Le ciel était dégagé, les étoiles brillaient de milles feux, les astres semblait lui donner leur bénédiction.

C'était il y a 5 ans, le jeune Modas vivait à Belder dans les taudis de la rue de la prospérité. Cette vie n'était pas facile mais elle lui plaisait, après tout, il n'était pas seul, tous les autres orphelins étaient là pour lui.

Tous lui souriaient en le voyant, rigolaient avec lui et l'aimaient. Ils s'entendaient à merveille avec deux jeunes filles, orphelines elles aussi. Deux sœurs, gentils et douces avec une pointe d'espièglerie. Ils étaient inséparables et ne pouvaient être vu l'un sans l'autre. Les marchands du quartier des commerçants les nommaient " l'adorable trio" ce qui avait le don d'énerver Modas, préférant qu'on les nomme "le grand Modas et ses deux compagnons".

Modas ne voulait pas d'une autre vie, celle-là lui convenait parfaitement et il voulait qu'elle dure toujours.

Un soir, ils entreprirent de monter tout en haut de la porte sud pour admirer le coucher de soleil. Arriver en haut, ils contemplèrent l’œuvre du dieu Elios disparaitre à l'horizon, dans un festival de teintes que seul ce spectacle divin pouvait produire.

Modas se leva et hurla au ciel : "Moi, le grand Modas, je jure de protéger mes amis. Qu'importe ce qui arrivera, notre trio sera toujours là !". Puis il se retourna vers la ville et cria avec encore plus d'intensité : " Tu m'entends Belder ? C'est une promesse et je la tiendrai, sois en sûr !"

Les deux jeunes filles sourirent avant de pouffer tandis que Modas se faisait réprimander par un garde. Quand le soldat eut fini, les trois enfants redescendirent de l'édifice avec un sourire radieux. Ils s'endormirent, insouciants du futur et plus unis que jamais.

Quelque mois plus tard, alors que la journée était déjà bien entamée, les cloches de la ville retentirent. Modas se trouvait au quartier des commerçants, il y faisait quelques emplettes pour le compte de l'orphelinat. Tout le monde alentour courait et criait, laissant le jeune homme perplexe quand tout à coup, une ombre gigantesque le couvrit.

Il leva les yeux au ciel et aperçu une gigantesque créature ailée qui hurlait de rage.

L'enfant la regardait s'éloigner avant de réaliser dans quelle direction le monstre se dirigeait.

Il jeta ses achats au sol et courut à en perdre haleine jusqu'à l'orphelinat. En chemin, il entendit des soldats crier qu'il fallait fuir le Lindworm.

Modas s'en fichait de son nom, il n'avait qu'une seule pensée en tête. Ce qu'il vit en arrivant lui fit pousser un soupir de soulagement, l'orphelinat était intact. Le répit fut de courte durée car tous n'étaient pas là.

Le jeune garçon se rua à l'intérieur à la recherche de ses deux amies. il criait leurs noms, courant aussi vite qu'il pouvait dans les couloirs en direction de leur chambre.

En arrivant dans celle ci, il fut soulagé de les voir et s'empressa de leur dire de sortir. Malheureusement, il avait oublié que la cadette était souffrante et devait garder le lit. Modas ne prit pas le temps de réfléchir et prit la jeune fille sur son dos, exhortant l'autre à le suivre.

Ils coururent à toute allure en direction de la sortie, elle n'était plus qu'à quelques mètres quand soudain, le plafond commença à s'effondrer, laissant apparaître une griffe de la taille d'un homme.

L'ainée des deux filles les poussa de toute ses forces vers la sortie pour les sauver des débris de pierres qui se décrochaient de part et d'autres. Modas eut juste le temps de regarder la jeune fille, de voir son sourire une dernière fois, que l'orphelinat s'écroula sur elle.

Le Lindworm avait détruit entièrement l'édifice en prenant son envol en direction de son nid, condamnant la petite.

Le jeune homme serra le poing devant la tombe de son amie. 5 ans s'était écoulé depuis sa mort. L'édifice mortuaire se trouvait sur une colline en dehors de la ville. Les orphelins ne sont pas la priorité des puissants en ce monde, même quand il s'agit de leur accorder une sépulture décente.

Modas posa une main sur la pierre froide et dit : "Elle va bien, j'en prendrais soin, je te le promets. Je protégerais ta sœur quoi qu'il arrive, je tiendrais la promesse pour laquelle j'étais trop faible auparavant. Veille sur Chipita."

Le jeune homme tomba à genoux devant la pierre tombale, ne pouvant se retenir de pleurer silencieusement pour son amie perdu.

Des nuages masquèrent la lune, comme pour laisser le garçon seul. Un rayon filtrait à travers, illuminant la pierre ou l'on pouvait lire un nom.

Fouy.

 
 
_______________


Revenir en haut
Neroad


Hors ligne


Inscrit le: 02 Fév 2012
Messages: 649

MessagePosté le: Mar 10 Déc - 14:58 (2013)    Sujet du message: Les chroniques de Neroad Répondre en citant

Chapitre 6 : Les autres participants


Le jour du tournoi approchait à grands pas. Neroad et Blady continuèrent de perfectionner leurs tactiques d'équipe contre la formation parfaite que formaient Caliisto et Chipita.


Pourtant, plus les jours passaient et plus leurs rencontres devenaient sérrées : les progrès que les deux jeunes gens avaient réalisé en si peu de temps étonna grandement Camille. 
"Peut être ont-ils une chance finalement..." murmura-t-elle en passant devant la porte entrouverte de la salle d'entraînement.


Neroad décida que tout le monde devait se reposer avant la rencontre, il décréta donc que le dernier jour avant le tournoi serait consacré à récupérer des forces et faire ce que les membres voulaient afin d'être en pleine forme le jour venu.


Les autres guildes qui avaient fait le déplacement depuis leurs quartiers généraux respectifs défilaient en ville sous les acclamations de leurs fans. 
Certaines guildes étaient tellement connues que les gens préféraient faire appel à elles plutôt qu'à la milice locale.


Neroad décida d'observer le cortège de loin, en compagnie de Fenrir, afin de jauger les individus qu'il aurait à affronter lors du tournoi.


Une première formation ouvrit le cortège, précédée d'un porteur de drapeau sur lequel était écrit en gros NO.


"Des infos, Fenrir ?" demanda le jeune homme à son intendant.


"Laisse moi regarder...alors...oui, voila, NO pour Noblesse Oblige, une grosse guilde qui se dit être la meilleure en combat inter-guildes ou autre représentation du même style. Ils ne se préoccupent pas des demandes des villageois concernant l'éradication de monstres et ont bâti leur fortune sur les récompenses des tournois. Aussi mals aimés et égocentriques soient-ils, il faut avouer que leur chef, Khys, est un maître dans l'art du maniement du canon."


Le chef de guilde trônait sur une voiture portée par ses membres tandis que le reste de celle-ci suivait dérriere, marchant en cadence en balançant leurs bras en rythme.


"Tss, on dirait plus une armée qu'une guilde." commenta Neroad devant ce défilé.


"C'est peut être aussi pour cela que le peuple ne les aime guère. Regardez et écoutez : pas une clameur, les gens restent silencieux. On se croirait plus à une marche funèbre qu'à un défilé de célébration." rajouta Fenrir.


Le Porou avait raison, seuls les bruits de pas de cette armée privée résonnaient dans les rues, tout le monde avait l'air mal à l'aise face à ces hommes. Neroad les suivit du regard avant de se retourner, attiré par les bruits de la foule.


"Et voici Walhalla, une guilde reconnue mais pas connue. Je m'explique. Ce fut une des premières guildes fondée, mais elle ne fait pas grand chose pour la gloire ou autre. On peut les considérer comme une société secrète d'Elios mais il n'empêche qu'ils ont donner au monde de grands combattants ainsi que des dirigeants. On raconte que notre gouvernement actuel serait constitué, en majeure partie, de membres issus de ses rangs. À vérifier."


Le jeune chef de guilde pensa en effet que ces gens là n'en avaient cure du monde extérieur et se contentaient de marcher vers leur prochaine destination, quelle qu'elle fût.


"Il n'y a pas de chef ?" s'interrogea Neroad.


"Pas à ma connaissance. Et voilà une autre guilde avec un nom qui est en total désaccord avec leur capacité à se mettre en avant pour de mauvaises raisons, Les Mystérieux."


En effet, avec un nom pareil, on s'attend plus à voir débarquer d'étranges personnages encapuchonnés que de joyeux drilles, racontant à qui veut l'entendre que ce sont les meilleurs d'Elios.


"La foule ne les porte pas dans son cœur, à en juger par les jets de légumes." constata Neroad alors qu'une pomme vola vers la tête d'un des membres qui la reçut de plein fouet.
 
Celui-ci, énervé, défourailla son épée avant de se faire plaquer au sol par ses compagnons, tentant de lui retirer la lame des mains.


"Est-ce-que c'est le...." 


"Le chef oui, interrompit Fenrir, il se fait appeler Mystérieux. Le seule chose qui le soit, c'est le fait d'avoir une aussi grosse guilde sous ses ordres. Au final, c'est peut être votre guilde qui aurait du s'appeler ainsi vu votre notoriété." dit Fenrir en ricanant.


"Possible, mais il y a un problème."


"Lequel ?" demanda le Porou.


"C'est super moche comme nom."


Des clameurs retentirent dans la foule à l'approche d'une nouvelle guilde.


"Voici les AT-Field, acronyme d'Absolute Terror Field. La première guilde à ne pas avoir une réputation douteuse depuis le début de ce défilé, exceptée Walhalla qui n'en a pas du tout. Leur chef est un prénommé Maed, un des meilleurs dans sa catégorie. Il aurait refermé à lui seul une faille de l'espace temps à ce qu'on dit. Des racontars je pense." 


"Je ne pense pas, dit Neroad, observe le bien, on peut littéralement voir la puissance de cet homme rien qu'en le regardant. J'aimerais pouvoir me retenir de trembler d'excitation mais je ne peux pas. Un combat contre cet homme doit être formidable."


"Son second aussi a une bonne réputation, un mage du nom d'Emelenzia. Plusieurs hauts-faits à son actif aussi et une popularité qui ne fait que s'accroître. Un autre membre du gouvernement si l'on en croit les rumeurs." expliqua le Porou tout en ne décollant pas le nez de son livre.


Le défilé se poursuivit, apportant avec lui son lot de guilde, connues ou non.


Fenrir continuait de renseigner Neroad sur ces dernières quand arriva la fin du cortège.


"Et voici les freelances, ils n'ont pas de guilde mais ont une réputation et un savoir faire tellement grand qu'on les autorise à participer à ces tournois. Voici Benelia, le maître archer. Il paraît que l'on sait si l'on va perdre contre lui dès les premières secondes du combat. Étonnamment, il se bat beaucoup mieux avec ses jambes que son arc. On dit qu'il ne le sort que lorsqu'il est en difficulté. Le bruit court qu'il serait un maître de l'arène, cette organisation ne rassemblant que les meilleurs champions mais il semblerait que ce soit une mauvaise information relayée par des amateurs." 


C'était un elfe élancé qui marchait sous les acclamations de la foule. On pouvait sentir qu'il connaissait le combat sur le bout des doigts et que chaque moment d'inattention contre lui pouvait s'avérer fatal.


Au simple son de sa voix, les femmes de l'assistance s'évanouirent et crièrent, ce que Neroad peinait à comprendre.


"Voici Needles, un surnom probablement dû à la façon dont ses attaques vous touchent, aussi imperceptibles et douloureuses qu'un million d'aiguilles."


"Des modules, s'interrogea le jeune homme, Caliisto et Chipita ne sont donc pas les seules à maîtriser ce style ?"


"Oh non, rétorqua le petit animal, bien au contraire. Ce style est assez rare mais ce ne sont pas les seules, loin de là. Mais leur niveau actuel n'est rien en comparaison de la maîtrise de Needles."


D'autres freelances continuèrent de défiler mais Neroad n'y fit plus attention. Il était perdu dans ses pensées dans lesquelles se déroulaient des combats hypothétiques contre tous les formidables adversaires qu'il venait de voir.


Quand il reprit conscience, la foule se dispersait pour vaquer à ses occupations et le personnel de la ville commença à nettoyer la route.


Neroad se tourna vers son intendant avant de lui dire en tremblant : "Fenrir, ce tournoi sera un événement que je ne veux manquer pour rien au monde !"
_______________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:17 (2016)    Sujet du message: Les chroniques de Neroad

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La taverne -> Artistes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
lpch_blue par Leparachute
 Index du Forum